FRANC-MAÇONNERIE Une secte criminelle légale

La franc-maçonnerie est certainement la confrérie légale la plus dangereuse au monde…
Ne vous y trompez pas car il s’agit bien là d’une SECTE CRIMINELLE.
Il y a beaucoup de fausses idées sur la Franc-maçonnerie et ainsi j’entends souvent des
conneries du style.
-“Ils ne sont pas tous pourris les francs maçons il y en a des bons”
-“avant c’était bien la Franc-maçonnerie, c’est maintenant que ça a mal tourné”
En fait beaucoup d’entre vous confondent la franc-maçonnerie avec
les “Compagnons du devoir” pour la simple et bonne raison que:

Tout comme Les nazis s’étaient inspirés de la Swastika des bouddhistes (symbole pacifique à l’origine) pour en faire la croix gammée tristement célèbre.
Les franc-maçons ont volé aux compagnons l’équerre et le compas pour en faire leur symbole,
de plus en prenant la dénomination de “Maçons” cela entraîne encore une confusion dans l’esprit
du peuple avec les “Bâtisseurs de cathédrales”.
Mais soyez sur Mesdames et Messieurs qu’aucun franc-maçon n’a jamais rien construit.
Ce sont les compagnons du devoir qui ont bâti les cathédrales PAS les franc-maçons.

D’ailleurs, réfléchissez : les francs-maçons adorent depuis toujours Satan, Baphomet, etc….
Comment auraient-ils pu bâtir des cathédrales.

Malgré les nombreux noms et symboles utilisés en Franc-Maçonnerie , les francs-maçons
N’ont rien à voir non plus avec les templiers, et cela même si les franc-maçons y font souvent référence en usurpant leurs symboles.

Par Contre L’ordre du Temple solaire qui avait fait 74 victimes suite à 3 suicides collectifs
était bien lié à la Franc-Maçonnerie (nous y reviendrons dans un prochain Numéro)

La Franc-maçonnerie est une secte composée de 33 niveaux (j’en parlerais plus bas).
En fait il existe un 34eme niveau qu’aucun franc maçon ne connaît qui est un allez simple pour l’enfer.

La Franc-maçonnerie comme toutes les sectes a un peu les mêmes effets et conséquences que les drogues dures….
Quand on commence les effets sont sympathiques, euphorisants , mais très vite on en ressent plus que les inconvénients et là il est trop tard on ne peut plus s’en défaire.

Comme dans toutes les sectes il y a plusieurs rituels initiatiques pour y être admis, mais aussi
pour passer d’un niveau à l’autre.

Chaque membre d’un niveau ignore tout de ce qui se passe au niveau supérieur.

Comme dans toutes les sectes les “gourous” font en sorte qu’ils se sentent bien en
Franc-maçonnerie c’est ainsi que les “apprentis” des 1ers niveaux diront le plus grand bien
de la Franc-maçonnerie
Mais c’est seulement quand ils auront “gravis les échelons” qu’ils se rendront compte qu’ils sont
tombés dans une secte satanique , qui pratique chaque jour des viols et des crimes d’enfants,
certains adeptes de la franc-maçonnerie boivent même du sang.

Mais la ils ne pourront plus reculer, ils ont prêté serment, peut être dans le passé ils ont été aidés par la franc-maçonnerie ils ont une dette!!!

Pourtant il y a deux points qui devraient alerter l’apprenti sur le fait qu’il vient d’entrer dans une secte
satanique et donc forcément criminelle.

Moi [Prénom], sous l’invocation du Grand Architecte de l’Univers et en présence de cette Respectable Loge de francs-maçons régulièrement réunie et dûment consacrée.
De ma propre et libre volonté, je jure solennellement sur les 3 grandes Lumières de la franc-maçonnerie de ne jamais révéler aucun des secrets de la franc-maçonnerie à qui n’a pas qualité pour le connaître, ni les tracer, écrire, buriner, graver ou sculpter, ou les reproduire autrement.

Je jure d’observer consciencieusement les principes de l’ordre maçonnique, de travailler à la prospérité de ma Respectable Loge, d’en suivre régulièrement les travaux, d’aimer mes Frères et de les aider par mes conseils et mes actions.
Je jure solennellement tout cela sans évasion, équivoque ou réserve mentale d’aucune sorte, sous peine, si je devais y manquer, d’avoir la langue arrachée et la gorge coupée, et d’être jugé comme un individu dépourvu de toute valeur morale et indigne d’appartenir à la franc-maçonnerie.
Je le jure !

2)Très vite , dès son entrée dans la,secte, l’apprenti est confronté à ce que
les franc-maçons nomment « le cabinet de réflexion » il doit s’y rendre régulièrement.

cela ressemble à ça :

J’ai moi-même vu ceci dans les sous-sols d’un temple maçonnique
comme je le décris ci-dessous.

Les franc-maçons se protègent entre eux quoiqu’il arrive la preuve:

En effet j’avais un oncle qui était franc-maçon….
Je dis étais non pas parce qu’il a quitté la Franc-maçonnerie, mais parce qu’il
n’est plus de ce monde (bon débarras qu’il grille en enfer!)

Son Nom : René LOPEZ
René Lopez a été également 1er adjoint au maire de la ville du Mesnil-Saint-Denis(78320)

René Lopez a eu 7 enfants et il a violé ses 7 enfants dès leur plus jeune âge (aussi bien filles que garçons)
Mais il ne s’est pas arrêté là, René Lopez violait également et systématiquement les copains et copines que ses enfants invitaient chez eux (au bout d’un moment, les enfants n’osaient plus inviter d’amis à la maison)

Bien sûr de nombreuses et innombrables plaintes pour viols sur mineurs avaient été déposées
Mais, grâce à ses liens avec la Franc-maçonnerie René LOPEZ n’a jamais été inquiété
toutes les plaintes ont été « classées sans suite »

Quand j’avais 15/16ans René, Lopez a invité certains membres de la famille à assister à un mariage maçonnique (j’en faisais parie)….

Je me souviens plus trop du déroulement de la cérémonie juste 2 détails :
1) le « gourou » a fait boire de l’eau aux 2 futurs époux dans le même verre puis il a cassé le verre
2) Plus tard le « gourou » a saisi une grande barre en verre et l’a cassée en multiples morceaux en prononçant quelques sornettes maçonniques.
>>> j’ignore ce qu’on les Francs Maçon contre les objets en verre !!!!

À l’issue de la cérémonie mes cousins, cousines, et moi-même on s’ennuyait ferme et on cherchait quelque chose à faire pour passer le temps….
Je suggérais donc une visite clandestine du sous-sol du temple maçonnique pour une « chasse aux fantômes »

Hé bien je vous promets qu’en comparaison avec ce que nous avons vu là bas, nous aurions tous préféré nous trouver nez à nez avec un vrai fantôme.

Nous voilà donc dans un couloir puis sur notre gauche se trouve un petit renfoncement
au-dessus duquel se trouve une pancarte blanche sur laquelle il est inscrit en lettres rouge sang le mot VITRIOL.

Dans ce renfoncement il y a une table , et sur cette table il y a un véritable crane humain, oui mais un crane de petites tailles, un crane de bébé ou de très jeune enfant….
Nous avons pris nos jambes à notre cou avec la conviction que la franc-maçonnerie est une secte dangereuse qui devait être interdite dans le monde entier.

Voilà mon expérience vécue avec la franc-maçonnerie.

J’ignore si ‘autre membre de ma famille sont Franc- Maçons quoi que j’ai toujours soupçonné mon père : François Lopez de l’être.

Mais quel est ce « Grand Secret » que l’on promet d’acquérir
au bout du 33 eme niveau……

Chers amis aujourd’hui je suis en mesure de vous l’annoncer
Au 33 eme niveau le Franc Maçon est censé obtenir la pierre philosophale.
Censée procurer la vie éternelle et changer les vils métaux en or.

Mais en admettant que la pierre philosophale existe (ce qui n’est pas sur)
Donc en théorie,
1)Ceux qui veulent la pierre uniquement pour la vie éternelle et la richesse ne la trouveront pas car ce sont là des aspects très secondaires des possibilités de la pierre.
2) La pratique de la Magie, Sorcellerie , satanisme, etc., éloigne de la voie de la Pierre
3)Seule une personne avec un cœur pur peut trouver la pierre.

Bien sur la Pierre Philosophale est a ce jour un mythe , et il n’y a pas de preuve de son existence mais étant donné qu’elle a une place très importante chez les Franc Maçons des derniers degrés il fallait donc que j’aborde ce point.

Dans son numéro 44 la revue science & inexpliqué a interviewé William Schnoebelen
un ancien franc-maçon repenti , devenu Écrivain évangéliste chrétien en 1984….
Je vous livre ici quelque une de ses paroles :
-« J’ai appris à pratiquer ce que l’on appelle la magie noire,des rituels de luxure et de destruction
et bien d’autres choses encore… »
– « La franc-maçonnerie est une fausse religion qui offre à ses membres une fausse promesse de salut dans l’au-delà »
– « Sous des airs bienveillants ,elle a tendance à attirer les hommes loin de la lumière et de la connaissance »
– « Certains frères tombent dans la perversion et cela arrive , dans la pédophilie »
– « J’ai été initié au vampirisme dans une église russe de Chicago »

Voici quelque cas réel décrit par William Schnoebelen  dans ses livres:
-cela se passe dans un tribunal pour jeunes enfants aux États-Unis, un juge avait une prédilection pour les petits garçons, et lorsqu’il présidait les auditions des jeunes délinquants, si le garçon lui plaisait, il était libéré s’il accompagnait le juge dans une chambre pour lui accorder certaines faveurs.
Pendant longtemps, il n’a pas pu être possible d’arrêter cet homme parce qu’il était entouré de francs-maçons dans les tribunaux et dans les services de police, il était toujours protégé.
Finalement un des garçons a été raconté cette histoire à un journal et heureusement pour lui, le journaliste n’était pas un franc-maçon ce qui a permis à cette histoire d’être révélée.
Le juge en question s’est suicidé.

-Il y avait un escroc financier à Londres qui avait ruiné beaucoup de monde. Un officier de Scotland Yard a tenté d’arrêter cet homme mais il n’y parvenait pas parce que les francs-maçons de Scotland Yard et ceux de son entourage le protégeaient. L’officier finit par réunir suffisamment de preuves pour faire condamner cet homme mais il lui fut impossible de faire aboutir son affaire.
Les pires missions lui furent assignées le poussant à bout et le forçant à démissionner.

-Une jeune et jolie femme s’était mariée avec un membre haut placé du sanctuaire de l’Ordre des Jesters. Elle ne savait pas que son mari, qui était bien plus vieux qu’elle, était franc-maçon.
Chaque vendredi soir, son mari organisait une soirée poker, il attachait sa femme au lit et les autres membres venaient la violer.
La jeune femme alla voir le Shérif mais il était également franc-maçon et membre du sanctuaire.
Elle alla voir le Procureur local mais il était également franc-maçon, elle s’apprêtait à aller plus haut mais un psychiatre vint la voir et lui dit que si elle disait un mot de plus, il l’a ferait enfermer pour toujours en la déclarant paranoïaque démente car il était aussi franc-maçon !
La jeune femme a fini par fuir l’état où elle vivait.

Les francs-maçons se protègent les uns les autres et commettent des crimes en toute impunité sans jamais se faire attraper ou être révélés au grand jour.

Pour celles et ceux qui ne seraient pas encore convaincus
que la Franche Maçonnerie est une secte satanique,
voici un extrait du livre de Jacques Ploncard d’Assac – Le secret des francs-maçons (1979)
(page 131)

Une découverte macabre dans une loge maçonnique en 1941

 

En prenant possession de la loge de Béziers, sous le gouvernement du Maréchal, en 1941, la police découvrit le cadavre d’une fillette âgée d’environ sept ans.

Commis par M. le procureur de l’État français, M. le docteur Roulaud, médecin légiste, se rendit le 19 décembre 1941, à 16 heures, à la Loge et dressa un rapport.

« Le cadavre examiné, y lit-on, est celui d’une fillette mesurant cent trois centimètres, et par conséquent, âgée d’environ sept ans. »

Le médecin légiste décrit ensuite minutieusement ce cadavre qui pesait deux kilos, dont les parties molles étaient « absolument desséchées, ligneuses et légères« . Les viscères avaient été enlevés. Il ne restait que le « squelette, les muscles des membres, avec des morceaux de peau parcheminée« .

Les vaisseaux artériels avaient été « colorés en rouge vif« , et les veines « injectées en bleu« . On avait conservé « la vessie et le rectum béants et parcheminés« .

Deux trous pratiqués dans le vertax permettaient de suspendre ce cadavre au mur, ajoutant à l’horreur du spectacle.

On avait, détail horrible, « respecté les paupières qui portaient encore leurs cils longs et blonds » et les lèvres qui bordaient « d’un mince liseré desséché une rangée presque intacte de petites dents jaunies ».

On pourra trouver deux reproductions photographiques du cadavre de la loge de Béziers dans les Documents maçonniques d’août 1942, p. 23.

Toutes les loges n’avaient sans doute pas les moyens de pousser l’usage de l’horrible aussi loin que la loge de Béziers, mais dans tous les cabinets de réflexion, on trouve des crânes, des tibias, des tentures de deuil, des transparents lumineux faisant apparaître un corps d’homme, des silhouettes en matières luminescentes, des squelettes en fer forgé peint, etc.

De toute manière, il s’agit d’inspirer l’horreur.

La découverte du cadavre de la loge de Béziers indigna, à l’époque, un public qui ignorait tout des cérémonies initiatiques dans la Franc-maçonnerie.

« Sans aucune nécessité scientifique, écrivaient les Documents maçonniques, sans aucun droit, contrairement aux lois, la Maçonnerie s’est approprié le malheureux cadavre d’une petite fille pour le faire figurer dans ses cérémonies macabres afin d’impressionner les Frères. »

Le but était, évidemment, de placer ses adeptes dans un « état spécial d’hypnose intellectuelle et d’énervement physique », nécessaires à la préparation à l’initiation.

Maintenant, je vais vous livrer quelques signes de reconnaissance des francs maçons.

En effet, pour se reconnaître en eux , et/ou pour donner des instructions de manière discrète ,
les francs-maçons utilisent de petits signes discrets, sur eux , sur leur poste, dans leur signature et même souvent sur vos jugements.Parfois aussi par des gestes (observez bien les mains des magistrats pendant vos audiences)

Je vais commencer par vous parler des signes de reconnaissance que vous allez certainement trouver, sur vos jugements , vos convocations au tribunal, etc….

Sachez que de tels documents doivent vis a vis de la loi être NEUTRES et ne comporter aucun signe ….
Mais les Frères maçons ne se tracassent pas avec la loi ils se croient au-dessus des lois, la loi est faite pour « le bon peuple » pas pour ces crapules.

Tout d’abord vous trouverez couramment des étoiles qui séparent les paragraphes
Vous pouvez trouver des étoiles en ligne , en triangle point en haut, pointe en bas, etc…
vous n’y avez certainement pas prêté attention et pensez que c’est juste pour séparer 2 paragraphes, mais il n’en est rien ces signes donnent une indication précise aux « frères maçons »

Exemple :

Un autre signe très discret utilisé par les francs maçons est 2 points qui encadrent un numéro de référence….
Je suis sûr que beaucoup d’entre vous l’ont sur un ou plusieurs documents mais n’y ont même pas prêté attention

Exemple (le N° de référence est fictif)

Les signatures maçonniques :
Pour se reconnaître entre eux, les francs-maçons calent souvent
3 points dactylographiés à proximité de leur signature

Exemple:(signature altérée)

Souvent la signature du franc maçon comporte elle même 3 points
(placés à la main)

Exemples :

Bien sûr le franc maçon ne signera de 3 points uniquement quand il voudra être reconnu.
Exemple

Une mention toute particulière pour l’architecte Eugène Gabriel Pagnerre (1874-1939)
Qui réussi le tour de force non seulement d’inclure 3 points dans sa signature mais également 2 fois l’équerre et le compas.

Maintenant je vais vous parler des signes de reconnaissance gestuels

le plus connu est « le  Cornuto »


Attention , a moins d’avoir fait un pacte avec le Démon, me faites jamais ce geste (pas même pour plaisanter) ce serait très mal perçu.

Voici 12 autres signes
1- Pointer de l’index. L’index vers les hauts est le 2e signe maçonnique du “secret monitor”. L’index près de l’œil est le signe du degré “mark master”. L’index près de la bouche est le signe du “royal master”. Le sujet peut aussi pointer vers la caméra, etc.
2- faire le signe “OK”.
3- faire un poing.
4- faire une pyramide avec ses avant-bras sur une table.
5- faire un geste comme si on tenait une boule invisible avec une ou deux mains.
Ce signe ressemble beaucoup au signe du “knight templar”.
6- la main sur le cœur. Signe du “sublime knight elected”.
7- la poignée de main maçonnique. Il y a plusieurs variantes. Le pouce est tourné vers le bas et presse le revers de la main de l’autre personne.
8- regarder vers le haut de façon exagérée dans une photo. (imitation de Jésus sur la croix).
9- se faire photographier en regardant par-dessus les lunettes.
10- la main sur les lunettes.
11- la main sur la cravate (signe de détresse).
12- la main sur le cou (signe de détresse).

Les Francs Maçons envahissent les villes.

Apprenez à reconnaître les signes franc-maçons dans votre ville.
Quelques exemples :
Lyon : (Fief de Alain juillet)


Feuille d’acacia                                           Pyramide                                     Encore une pyramide (les chaimtrails sont offerts)

Paris

Vue de la place de la pyramide à l’occasion d’une conférence de presse pour présenter le projet Louvre 2020. L’accueil ainsi que différents espaces d’exposition et des mises aux normes de sécurité devraient être modifiés dans l’horizon de 2020.
Paris le 04/02/2008.
Photo François Bouchon / Le Figaro

Quand en 1983 François Mitterrand commande la pyramide du Louvre
qui sera inauguré le 4 mars 1988 à cette époque je vivais tout près de Paris
(Meudon pour être précis) et , j’étendais les Parisiens plaisanter sur ce thème
en déclarant « ho ho voilà que notre président se prend pour un Pharaon »
Mais tout ceci n’a rien d’une plaisanterie :
-la pyramide chacun de nous le sait est un symbole maçonnique.
-Peu de gens savent que la grande pyramide du Louvre est constituée
de 666 vitres….
Comme nous enseigne la bible, 666 est le chiffre de la Bête de l’apocalypse

« Il lui fut donné d’animer l’image de la bête, de sorte qu’elle ait même la parole et fasse mettre à mort quiconque n’adorerait pas l’image de la bête. À tous, petits et grands, riches et pauvres, hommes libres et esclaves, elle impose une marque sur la main droite ou sur le front. Et nul ne pourra acheter ou vendre, s’il ne porte la marque, le nom de la bête ou le chiffre de son nom. C’est le moment d’avoir du discernement : celui qui a de l’intelligence, qu’il interprète le chiffre de la bête, car c’est un chiffre d’homme : et son chiffre est
six cent soixante-six. »
[Apocalypse 13:15-18]

Ville inconnue

Cette sculpture très laide et qui a dû coûter horriblement cher
au contribuable comporte pas moins de 3 signes maçonniques
1) Œil : référence à l’œil d’Horus
2) 3 visages >>> 3 points
3)Les visages disposés en triangle

Les symboles maçonniques


Voici une liste non exhaustive mais néanmoins assez complète de symboles maçonniques
ici ils sont représentés sur des bijoux, mais peuvent apparaître à divers endroits :
Documents, murs , tables, livres, presse-papiers, objets divers….Alors, ouvrez l’œil et le bon !
Équerre et compas Pavé Mosaïque Branche d’acacia Chevalier Templier Bleuet Myosotis Clef de voûte
(un grand classique)
Croix templier Croix de Malte Arche royale Œil d’Horus maître du secret « In Hoc Signo La Marque
4eme degré Vence »
Tête de Mort Lune et Soleil Nautoniers Triangle Triangle+Œil Pythagore Parole perdue
Lacs d’Amour Pentagramme Pentagramme Maître Écossais
Droit Inversé

Portez une très grande attention attention aux Bagues, il a quelque années (au début des années 90)
j’ai pu voir une bague étrange au doigt d’un franc-maçon :
C’était une sorte de Chevalière pivotante avec d’un côté les initiales ou les armoiries de son propriétaire, et de l’autre côté l’équerre et le compas.

Ainsi le Franc-Mac peut choisir de se faire « reconnaître par un « Frère » ou de passer incognito aux yeux d’un « profane »

Manque de bol ce jour-là pour le con qui était en face de moi , il avait placé sa bague du mauvais coté (le coté Franc-Pédophile)
alors j’ai dit tout fort (on était dans un bar plein de monde )
–  « Ça alors je savais pas que tu étais franc-maçon !!! » tout en désignant sa bague
Alors le type extrêmement gêné car tout le bistrot le regardait fixement, a dit :
– « Oups » et a tourné sa bague cotée Armoiries.

Pour se reconnaître entre eux, les franc-maçons utilisent une poignée
de main un peu particulière qu’ils nomment « Attouchements »  ( il y a des codes spécifiques pour chaque grade de la Franc-Maçonnerie)
comme sur ces illustrations:

Ainsi il est important pour vous de bien observer les poignées de mains entre magistrats,Avocats,
huissiers de justice, Élus locaux, forces de l’ordre, etc…
Si vous observez une poignée de main qui sort de l’ordinaire, vous pouvez être sûr que vous
êtes entre les mains de personnes corrompues.

Les degrés en Franc-Maçonnerie

 

Amis lecteurs je vais essayer de vous décrire les différents degrés , grades ou niveau
de la Franc-maçonnerie , mais je vous rappelle que malgré les noms trompeurs
donnés à ces degrés comme « Apprenti » « Compagnon », etc…..
La franche Maçonnerie n’a ne rien avoir avec les « compagnons du devoir »
de tels noms ne sont là que pour tromper le profane.

-Les 3 premiers degrés sont appelés  Loges symboliques  ou  «  Loges bleues » :
« Apprenti »,« Compagnon »,« Maître »
Après son 1er serment, le franc-maçon novice s’engage à poursuivre au moins
les 3 premiers grades, et c’est après qu’il sera décidé s’il va s’engager réellement dans la
Franc-maçonnerie.
Mais remarquez que la secte est futée puisqu’ils ont appelé le 3eme niveau « Maître »
Ce qui lui donnera envie de poursuivre l’aventure.

Les« Loges rouges »

– Les Loges de Perfection  vont du 4eme au 14eme degré
– Les Souverains Chapitres vont du 15eme au 18eme degré

Les « Loges noires »

– Les Sublimes Aréopages vont du 19eme au 30eme degré

Les « Loges blanches »
– Le 31 ème degré est appelé Tribunaux
– Le 32 ème degré est appelé Consistoires
– Le 33 ème degré est appelé Suprême Conseil

– Le 34ème degré (degré tellement secret qu’aucun franc-maçon ne le connaît) est appelé :
Esclave soumis à Satan pour l’éternité (après une mort lente et douloureuse).« Loge infernale »

Dans la Franc-maçonnerie, je vous l’avais dit au début de cet article, les niveaux
inférieurs ne savent rien de ce qui se passe dans les niveaux supérieurs.
Il n’y a pas d’acte satanique en Loge bleue, ce qui fait dire à certaines personnes
« Il y a des francs-maçons gentils » .
L’initiation au Satanisme se fait petit à petit dans les Loges de Perfection.
Le Satanisme sanglant et criminel commence réellement au 18eme degré
Dans les tout premiers degrés des Loges rouges les adeptes pourront se voir confier de
« Petites missions » qu’ils considéreront à tord comme « Pas si grave » par exemple :
Voler dans des lieux de cultes des croix, des statues ou des hosties consacrées….
C’est petit à petit que le jeune adepte de la Franc-Maçonnerie entrera réellement
dans le Satanisme criminel.
Liste des exactions et autres crimes commis régulièrement par les Francs Maçons
(liste non exhaustive.)

-Enlèvement d’enfants organisé par des élites.
-Viols collectifs d’enfants en bas âge (Amidlisa, Hervé Robin, Affaire amandine,
Foyer Sucy-En-Brie, Affaire Vincent, Ballets roses, Ballets bleus…)
-Trafic d’organes d’enfant (Nanterre, Olga Spitzer, Juge Florence Gady)
-Meurtre d’enfants, de bébés
-Sacrifices d’animaux vivants
-Sacrifices de nouveaux nés
-Trafic de bébés.(Pouponnière cachée au foyer de Sucy-en-Brie)
-Vampirisme
-Commerce de « Snuff-movies »
-Commerce de revues et films pédophiles
-tenue de sites sur le DarkWeb
-Vols d’hosties consacrées dans les églises (seront profanées au cours de messes noires)
-Vol d’objets sacrés dans les lieux de culte (profanation et détournements)
-Magouilles financières et immobilières
-Faux en écriture pour faire pression sur les victimes
-Captation d’héritage
-détournements de fonds
-Tête des Trafics de Stupéfiants
-,etc.

Pour en savoir plus, je vous suggère notamment la lecture du livre de MICHELA « J’ai quitté Satan »

Attention en raison des descriptions très précises
des rituels sataniques décrits dans cet ouvrage,
j’en DÉCONSEILLE ABSOLUMENT la lecture
aux âmes sensibles, fragile ou influençable.

Lexique de la Franc-Maçonnerie
(Source Wikipédia)

À
Accepter : étymologiquement, signifie le fait d’être reçu dans une confrérie opérative sans appartenir au métier1.
Acclamations : Interjection qui, dans le rituel d’ouverture ou de fermeture des travaux, suit le « signe » et la « batterie »
Agapes : Dans la franc-maçonnerie française, ce mot est le plus souvent utilisé au pluriel. Il désigne le partage d’une collation froide ou chaude dans la « salle humide », entre maçons. Ce temps de rencontre et de partage à l’issue de la tenue est le prolongement du travail qui vient d’être effectué. C’est un moment très convivial où la parole est totalement libre, dans le respect d’autrui et de ses idées, et qui permet aux sœurs et frères de mieux se connaître. Selon les traditions de certains rites, elles peuvent prendra la forme d’un banquet rituel.
Âge maçonnique : À chaque degré, c’est-à-dire à chaque stade de l’évolution du maçon, correspond un âge symbolique décompté en 3, 5 et 7 années – premiers nombres impairs. C’est une manière de rompre avec les normes de vie profanes.
Allumage des feux : Cérémonie rituelle d’installation d’une nouvelle loge.
Alphabet maçonnique : Système de cryptage de l’alphabet  associant à chaque lettre un symbole.
Architecture (morceau) : Discours prononcé en loge –
Ateliers : Nom générique qui désigne le groupement de base de toute maçonnerie. Le terme regroupe différentes sortes de regroupement. Un atelier travaillant aux trois premiers grades porte le nom de « loges » ou encore loges symboliques (les plus courantes), « triangles » (loges en gestation), ou loges de hauts grades (différentes dénominations : loges de perfection ; « chapitres », « aréopages », etc.).
Attouchements : Façons de se faire reconnaître comme franc-maçon par le contact. Varient selon les degrés.
Attributs : Désignent les décors et les bijoux d’un dignitaire maçonnique.
Augmentation de salaire : Accession d’un franc-maçon au grade supérieur, faisant référence aux ouvriers de la légende d’Hiram
Autel des serments : Table sur laquelle sont disposés les outils du travail maçonnique : équerre, compas, volume de la loi sacrée/ livre blanc, etc.
Avenues : Abords immédiats du temple maçonnique.
B
Balustre : Procès-verbal de tenues en loges de hauts grades.
Bannière : Étendard caractérisant une loge. Peuvent êtres brodés sur une bannière, l’année de naissance de la loge (selon le calendrier maçonnique), son nom, son numéro d’ordre dans la chronologie de l’obédience, sa devise ainsi que les symboles adoptés par la loge. Les bannières sont entre autres utilisées lors de manifestations nationales et régionales.
Banquet d’ordre : Le banquet d’ordre est un repas rituel organisé le plus souvent aux alentours des solstices astronomiques, celui d’hiver qui annonce le renouveau (ou Jean l’évangéliste, placé le 27 décembre) et celui d’été où le soleil approche le zénith (ou Jean le baptiste, placé le 21 juin). Le banquet d’ordre est une tenue d’obligation, un rituel particulier est pratiqué dans chaque rite. Le Rite français et écossais a conservé une tradition que l’on admet comme issue des loges militaires de l’Ancien Régime. Le banquet d’ordre existe aussi dans certains hauts grades.
Barrique : Dans un banquet maçonnique, désigne la bouteille.
Batterie : Phrase musicale ponctuant une tenue, consistant à se frapper dans les mains un certain nombre de fois selon le grade et le rite pratiqué
. Les batteries, utilisées généralement afin de marquer le début et la fin des tenues, ne sont pas utilisées en franc-maçonnerie anglo-saxonne.
Bible Bearer : Au cours des processions maçonniques anglo-saxonnes, c’est le maître maçon le plus âgé – doyen – de l’assemblée, qui porte la bible ouverte (équerre et compas posés dessus).
Bijoux : Terme à double sens en maçonnerie. Suivis de l’adjectif « immobiles », les bijoux désignent les trois objets nécessaires à la loge : la pierre brute (apprenti), la pierre cubique (compagnon) et la planche à tracer (maître). Suivis de l’adjectif « mobiles », les bijoux se rapportent à l’équerre, au niveau et à la perpendiculaire – objets symboliquement portés en pendentif par le vénérable et les deux surveillants. Lors d’un changement d’officiers, les bijoux sont passés aux successeurs.
Boaz ou encore Booz selon les rites : Seconde colonne du temple, traduit par « dans la force ».
Bref : Diplôme attestant qu’un franc-maçon est titulaire de hauts grades.
C
Cabinet de réflexion : Lieu où se déroule une partie du processus d’initiation du profane dans la franc-maçonnerie dans les rites continentaux. Les rites anglo-saxons, eux, ne connaissent pas le cabinet de réflexion.
Capitation ou cotisation : Les mots capitation et cotisation sont tous les deux utilisés en franc-maçonnerie, mais ils n’ont pas le même sens. Par définition la capitation est un « impôt » par tête que chaque loge paie à son obédience. Cette capitation que doit payer chaque membre, la même pour tous car son montant est voté par l’assemblée générale annuelle appelée souvent convent (mais pas partout), sert aux instances qui dirigent l’obédience pour gérer financièrement la vie et les activités de ce regroupement21. À cette capitation chaque loge peut ajouter une somme prenant en compte les dépenses spécifiques auxquelles elle a à faire face. Cette part spécifique varie d’une loge à l’autre. C’est l’addition de la capitation et de la part spécifique qui forme la cotisation. La cotisation peut donc varier d’une loge à l’autre suivant le budget particulier que cette dernière établit annuellement.
Chaîne d’union : La chaîne d’union est un rituel de fraternité et de commémoration effectué par les maçons à la fin, et, à certains rites, parfois aussi au début, d’une tenue. Chaque maçon présent constitue un maillon. La houppe dentelée en constitue le symbole, elle fait le tour de l’intérieur du temple maçonnique au-dessous du plafond, le long des murs de l’orient, du septentrion et du midi.
Chaire (de Salomon) : Fauteuil dans lequel est assis le président de loge, appelé « vénérable maître ».
Chambre du milieu : Lieu symbolique exclusivement réservé au titulaire du grade de maître. L’expression parait dans les plus anciens rituels du grade de maître. La notion de « milieu » fut largement définie par de nombreux auteurs qui voient dans cette notion, l’aboutissement où se rencontrent ceux qui ont su approfondir leurs connaissances23. Selon certains rites comme le Rite écossais ancien et accepté, lors du passage de grade de compagnon à celui de maître, au 3e degré maçonnique, le temple devient la chambre du milieu ou hekhal, là où, selon le mythe d’Hiram, les maîtres recevaient leur salaire. Selon la tradition maçonnique, on accéderait à cette « chambre » par un escalier en forme de vis par 3 séries successives de respectivement 3, 5 et 7 marches.
Circambulation : Façon de se déplacer au cours d’une tenue maçonnique, dans le sens prévu par le rituel.
Colonnes : Les colonnes du temple de Salomon se trouvaient à l’extérieur. Bien que certains les visualisent à l’intérieur, la loge se réunit symboliquement à l’extérieur du temple sous la voûte étoilée. Pour d’autres, le temple n’est pas achevé ce qui permet de voir le ciel au zénith. Les colonnes symbolisent aussi les deux travées du nord et du midi, c’est-à-dire les rangées de sièges de part et d’autre ayant chacune son surveillant de colonne. Les apprentis sont au nord, les compagnons au midi, les maîtres partout. La connaissance de leur nom est l’un des plus anciens secrets maçonniques, puisqu’il est attesté dès le xviie siècle.
Compas : Dans la plupart des rites, cet outil fait partie des « trois grandes lumières » avec l’équerre et le volume de la loi sacrée. Il représente l’esprit.
Convent : Assemblée ou réunion. Les loges anglo-saxonnes utilisent le terme de Communication, quelques loges américaines celui de Convention. Utiliser tout d’abord dans le sens général d’un « Congrès maçonnique », il prend le sens d’une assemblée générale d’une obédience maçonnique plus récemment. En France les convents des grandes loges ou des grands orients sont généralement des assemblées annuelles ou les représentants des loges forment une assemblée « législative » aux pouvoirs étendus. Cette assemblée qui forme un convent souverain décide de tout ce qui intéresse l’obédience (constitution, règlement, direction)
Cordon : Sautoir ou écharpe portés lors des tenues. L’écharpe dérive du baudrier qui maintenait l’épée, privilège de la noblesse sous l’Ancien Régime. Les cordons sont plus ou moins richement ornés de motifs symboliques. La couleur de ces décors permet de connaître le rite de la loge d’origine du maçon.

Cordonite var. cordonnite : Terme ironique. Maladie imaginaire dont sont atteints les francs-maçons friands d’honneurs et de grades, qui collectionnent et s’affichent volontiers avec les cordons et autres décors correspondants. Le mot est souvent orthographié « cordonnite », comme « espionite var. espionnite ». Le suffixe -ite est employé pour les maladies d’origine inflammatoire, comme la bronchite ou la réunionite.

Couvreur : Officier qui garde la porte du temple pendant la tenue. Dans les rites issus des anciens, très souvent il s’agit de l’ancien vénérable de la loge. Il est situé à l’occident de la loge, face à l’orient qu’il vient de quitter s’il a été vénérable auparavant, quittant ainsi le poste le plus éminent pour le poste le plus humble. Au début de la tenue (cela dépend du rite pratiqué), il vérifie avec le grand expert si les entrants sont bien maçons et connaissent le mot de passe du moment. Cette pratique n’est pas usuelle dans les rites issus des modernes ou le couvreur ou terrible fait office de gardien et d’expert pendant les initiations, le poste est dévolue à un frère maître de la loge.
D
Décors : Éléments symboliques portés en tenue (tablier, gants, cordons, etc.) et nulle part ailleurs. Les gants et le tablier sont obligatoires.

Debhir : Nom hébreu de la troisième partie du Temple de Salomon C’est le nom que prend l’orient pour les tenues au grade de maitre maçon
.
Delta lumineux : Triangle lumineux, ou orné de rayons lumineux, souvent orné d’un Œil de la Providence, qui surplombe l’orient. C’est un symbole qui n’est pas spécifiquement maçonnique puisqu’il figure dans de très nombreuses églises et chapelles, en particulier dans le style baroque. On le retrouve également sur le fronton de certaines églises de Venise ou encore au-dessus de l’autel dans la chapelle du château de Versailles.

Degrés : Degré s’emploie concurremment à grade, ce sont les étapes d’élévation dans un rite donné qui caractérise tout ordre initiatique. La franc-maçonnerie compte trois grades dits symboliques : apprenti, compagnon et maître. Les degrés supérieurs au troisième, dits « hauts grades » ou « degrés d’avancement », sont régis selon les différents rites. Ces degrés s’appellent parfois aussi « degrés d’ampliation » ou « degrés de perfectionnement » ou encore « Ordres de Sagesse », en Angleterre et aux États-Unis « side degrees », ce qui montre qu’ils ne sont pas considérés comme supérieurs, mais situés à côté des trois premiers degrés.
E.
Équerre: Avec le compas et la règle, l’équerre correspond à un des outils fondamentaux des francs-maçons. Fais partie, dans la plupart des rites, des trois grandes lumières qui sont l’équerre, le compas et le Volume de la Loi sacrée. Elle symbolise la rectitude et le droit.
F
Fraternité : Les francs-maçons se reconnaissent entre eux pour frères ou sœurs et se nomment mutuellement ainsi. Cette fraternité n’est pas que symbolique, elle est ressentie sincèrement par tous. La fraternité se distingue de l’amitié car elle n’est pas une affinité mais sa recherche constitue un devoir pour le maçon. Il doit l’étendre à tous les membres de l’humanité. Les sœurs cultivent aussi la fraternité sans distinction, le mot sororité n’est pas employé.
G
Grades : Voir degrés.
Grand expert : Officier chargé du bon déroulement du rituel. Il est nommé « grand expert » dans certains rites et simplement « expert » ou alors « architecte préparateur » dans d’autres.
Grand maître : Le premier responsable d’une obédience, structure maçonnique qui fédère plusieurs loges. Dans certaine obédience, le terme est communément introduit par l’adjectif « Sérénissime ».
H
Hauts grades maçonniques (Sides degrees) : Désigne les grades pratiqués dans des ateliers de perfectionnement suivants les trois premiers (apprenti, compagnon, maître).
Hekkal : Seconde partie du temple de Salomon. Dans la bible, le Hekhal occupe une situation intermédiaire entre le porche et le saint des saints
Hiram : Selon la Bible27, l’artisan bronzier qui créa tous les ouvrages d’airain du Temple de Salomon. La légende maçonnique en fait l’architecte du temple. C’est un personnage différent d’Hiram 1er, roi de Tyr (Livre des Rois, 5:15-32), qui fut l’architecte du Temple de Salomon, de Hiram de Tyr, ouvrier en bronze (Livre des Rois, 7:13-45), qui créa tous les objets à l’intérieur du Temple de Salomon.
I
Initiation : Cérémonie et processus de passage de l’état d’individu dit profane à celui d’initié à qui s’ouvre une nouvelle vie. Par des épreuves symboliques et des mises en condition, l’impétrant est amené à se remettre en perspective et à faire des choix. Le postulant peut à tout moment renoncer à ce processus et y mettre fin.
J
Jakin : Mot sacré et nom clé de l’une des deux colonnes situées à l’entrée du temple. Il trouve son origine dans le temple de Salomon, à droite de la porte d’entrée et sa signification était « il établira ». Dans les rites des Modernes, Jakin est la colonne du septentrion, ou siègent les apprentis, dans les rites issus du rite des Antients, notamment au REAA, c’est l’inverse (au midi). Elle est ornée d’un chapiteau soutenant un globe en forme de sphère, parsemés de lys et de pomme de grenades.

Jumelage : Procédure liant une loge française à une loge étrangère.
L
Landmark : En anglais, le mot landmark désigne un point de repère. En franc-maçonnerie, principalement dans les obédiences des États-Unis, il existe différentes listes de landmarks qui sont autant de critères servant de base pour la reconnaissance entre les obédiences. La Grande Loge unie d’Angleterre n’a pas de landmarks à proprement parler, mais une liste de basic principles. D’autres obédiences définissent des listes de critères dénommées règles(souvent en 8 ou en 12 points). D’autres enfin, principalement en Europe, n’en définissent pas.
Loge maçonnique : Issu du terme anglais lodge lui-même issu du français qui désigne originellement un abrin . Les ouvriers du franc-métier de la construction (les francs-maçons opératifs) installaient contre ou à proximité de l’édifice (religieux le plus souvent) en chantier ce foyer qui accueillait leurs réunions. La loge maçonnique est toutefois beaucoup plus inspirée dans son décor par les éléments symboliques du temple du roi Salomon, inachevé après la disparition de maître Hiram, architecte de l’édifice. La loge désigne dans la franc-maçonnerie spéculative un ensemble de francs-maçons qui se réunissent régulièrement, sans plus désigner le bâtiment que l’on appelle temple.
Loge bleue ou franc-maçonnerie bleue : Dans la franc-maçonnerie symbolique continental essentiellement, relative aux trois premiers degrés (apprenti, compagnon et maître). Les loges anglo-saxonnes utilisent plutôt le terme craft-mansonry, (maçonnerie de métier) pour les trois premiers degrés symbolique.
Loge mère : La loge mère est celle dans laquelle le franc-maçon a été initié. La loge est le lieu des réunions (tenues) des francs-maçons, par analogie à la loge des bâtisseurs de cathédrales, bâtiment modeste et provisoire où se réunissaient les maîtres, compagnons et apprentis. La Loge mère est également le titre d’un texte de Rudyard Kipling, parlant de sa loge indienne alors qu’il se trouve en Angleterre.
Loge d’adoption : Ces ateliers furent créés pour accueillir les épouses des francs-maçons. Ce n’étaient pas des loges maçonniques à proprement parler, et les rituels étaient très spécifiques et, il faut le dire, parfois paternalistes. En 1901, la Grande Loge de France réactive ses loges d’adoption disparues au début du xixe siècle et leur donne, en 1906, une constitution propre. En 1935, la GLDF « incite » ses loges d’adoption à se constituer en obédience maçonnique féminine. Ce sera chose faite en 1945, année de fondation de la Grande Loge féminine de France.
Lowton : Terme anglais qui désigne le fils du maçon (louveteau) lorsqu’il a été présenté à la loge et adopté.
M
Maître des cérémonies : Officier qui dirige les déplacements rituels en loge. Au Rite opératif de Salomon, il s’appelle maître de cérémonies lors des cérémonies et messager lors des tenues ordinaires.
Midi et Minuit : Heure d’ouverture et de fermeture des travaux aux trois premiers degrés, en loge bleue.
Mot de semestre : Mot de reconnaissance, interne à une obédience, demandé à tout visiteur lors d’une tenue maçonnique afin d’éviter l’intrusion de profanes. Mot double, composé d’une vertu et d’un nom de franc-maçon illustre (de mêmes initiales), il est changé tous les six mois.
N
Noachite : Une religion primordiale, universelle et sans dogme.
O
Obédience maçonnique : Organisation regroupant plusieurs loges. Elle peut porter le nom de « grande loge » ou de « grand orient ». Les obédiences sont soit des fédérations de loges, soit, plus rarement, des fédérations de rites. Le plus souvent, les obédiences, stricto sensu, ne gèrent que les loges des trois premiers degrés et se doivent d’être totalement indépendantes des « juridictions » qui gèrent les hauts grades maçonniques. L’obédience en tant que tel n’a pas de qualité initiatique, ses pouvoirs sont essentiellement d’ordre administratif.
Obole : Terme utilisé par les francs-maçons pour designer la libre contribution que versent à chaque tenue les participants au « tronc de la veuve ». Elle présente souvent un caractère d’obligation, les fonds recueillis servent souvent à des actions de solidarité ou de bienfaisance.
Occident : Situation et dénomination symbolique dans une loge maçonnique. Il correspond à l’ouest et définie la direction ou le soleil tombe dans la nuit. Dans un temple maçonnique, c’est à l’occident que se dresse les colonnes et que se tiennent les surveillants.
Orateur : Dans les loges et rites de style français, officier siégeant à l’orient du temple, ayant pour charge de faire respecter la loi maçonnique, c’est-à-dire la Constitution et le Règlement général. Il peut être appelé à conclure maçonniquement un débat et, éventuellement, donner ses conclusions en vue d’un vote demandé par le vénérable.
Ordre : Outre son sens direct proche de celui d’« obédience », l’ordre est une position symbolique statique prise par un franc-maçon au cours d’une tenue. Se mettre à l’ordre a une signification qui a à voir avec la sincérité et le détachement par rapport aux troubles dus à l’émotion. L’ordre du degré d’apprenti rappelle une démarcation entre le corps et la tête, c’est-à-dire la matière et l’esprit. Certaines familles maçonniques s’appellent « ordre », c’est le cas de l’Ordre maçonnique mixte international « le Droit humain », tout en acceptant l’appellation d’obédience.
Orient : Partie du temple située symboliquement à l’est. Lieu symbolique où officient le vénérable, l’orateur (lorsque ce poste existe) et le secrétaire et où siègent les invités illustres (ou, plus simplement, les vénérables en visite). L’orient désigne aussi le lieu de création de la loge (orient du Havre, orient de Valence, etc.).
P
Parvis : Les parvis désigne l’espace immédiat devant l’entrée du temple maçonnique. Dans les textes, les parvis étaient au nombre de trois et successivement accessibles selon une certaine hiérarchie. Les parvis précédaient l’oulam, première partie du temple de Salomon.
Pavé mosaïque : Pavage en damier noir et blanc qui recouvre le sol des temples maçonniques permanents. Il est parfois restreint à un rectangle placé au centre de la loge. Les proportions du rectangle doivent s’approcher au plus près du rapport harmonique, il prend alors le nom de « carré long ». C’est un des plus anciens symboles maçonniques. Il symbolise la dualité, l’harmonie et l’équilibre.
Planche, plancher v. intr. : Dans la plupart des loges françaises ou reprenant les usages français, conférence ou dissertation présentée en loge. Suivant les pays, rites et degrés, cette dissertation est appelée « travail », « planche », « morceau d’architecture » ou d’autres expressions. Les planches sont souvent suivies de commentaires. Cette pratique est extrêmement marginale dans les loges des pays anglophones. Par extension, tout écrit lu en loge, comme un courrier, désigne aussi les lettres que s’échangent les francs-maçons. Le verbe intransitif plancher signifie « préparer ou exposer une dissertation ».
R
Rite maçonnique : Ensemble cohérent de symboles et de rituels associés à différents degrés organisés en progression graduelle. En règle générale, chaque loge n’en pratique qu’un seul, mais quelques obédiences autorisent certaines de leurs loges à en pratiquer plusieurs.
Rituel : Ensemble d’actions et de paroles accompagnant le déroulement d’un stade donné d’une tenue. Exemple : le rituel d’ouverture des travaux.
S
Salle humide : Lieu non ouvert aux profanes, sauf exception, et où se déroulent les agapes. Elle ne fait pas a proprement parler du temple maçonnique, elle peut être accolée ou dans un bâtiment annexe35.
Secrétaire : Officier qui consigne les événements de la tenue. Il est en outre chargé du secrétariat de l’atelier.
Serment : Le serment maçonnique constitue le point fondamental de la cérémonie d’initiation. Il est traditionnellement constitué par trois composantes36 : l’engagement, objet du serment, le témoin et le châtiment (penalties dans les loges anglosaxones).
Signes de reconnaissance : Gestes ou postures permettant à un franc-maçon de se faire reconnaître comme tel. Spécifiques selon les degrés.
Surveillant : Au nombre de deux, chacun dirige une colonne (un groupe de maçons) durant les travaux de l’atelier. Ils aident également le vénérable maitre dans la conduite des travaux et la direction de la loge.
T
Tablier : Pièce de soie ou de peau évoquant symboliquement les tabliers de peau des tailleurs de pierre. Ses ornements et la manière de le porter varient selon les degrés. L’envers du tablier est souvent noir et, dans ce cas, il y figure fréquemment une tête de mort. Le tablier de l’apprenti et du compagnon est de peau blanche à bavette. La bavette de l’apprenti est relevée, la bavette du compagnon est abaissée. Dans certains rites, le tablier du compagnon est de peau blanche à bavette, avec deux rosettes. Le tablier de maître porte des liserés de couleur et marques de son rite.
Tableau de loge ou tapis de loge : L’expression « tableau de loge » peut désigner la liste de membres de la loge, dont on dit qu’ils sont « inscrits au tableau de la loge » ou un tableau représentant les éléments symboliques les plus importants du degré (apprenti, compagnon ou maître) pratiqué dans la loge à un moment donné. Utilisés dès les origines de la franc-maçonnerie, à une époque où les loges ne disposaient pas de temples permanents et où les réunions maçonniques se tenaient dans des auberges, des salons ou des antichambres, ces tableaux, parfois aussi appelés « tapis de loges », sont toujours utilisés de nos jours dans de nombreux rites et de nombreuses loges qui les déroulent ou les dessinent sur le sol au début de la cérémonie.
Tenue : Réunion rituelle d’une loge ou atelier dans un temple, présidée par le vénérable à l’orient, en présence des officiers et des sœurs et frères qui « ornent » les colonnes (assis dans les travées du nord et du sud).
Tenue blanche : Réunion regroupant francs-maçons et profanes pour écouter une conférencen 4 faite par un maçon (tenue blanche ouverte), ou par un profane (tenue blanche fermée).
Temple maçonnique : Le temple maçonnique est le lieu où se déroulent les tenues rituelles. Évocation du temple mythique de Salomon décrit dans la Bible au premier Livre des Rois, mais dont on n’a pas pu prouver l’existence ni déduire le lieu (modèle de l’utopie). Il est orienté, organisé et orné de manière symbolique. Il peut être improvisé en n’importe quel lieu et symbolisé par un tapis de loge placé ou tracé au sol.
Triponctuation : Constituée de trois points en triangle dirigé vers le haut « ∴ ». Elle permet l’abréviation des termes maçonniques. Très Cher Frère s’écrit « T∴ C∴ F∴ », Respectable Loge s’écrit « R∴ L∴ » , etc.. Permettant de signifier le caractère confidentiel d’un document, la triponctuation apparaît à la fin du xviiie siècle et est également présente dans lecompagnonnage du xixe siècle.
Tuiler : S’assurer de l’appartenance maçonnique d’une personne se présentant en loge (notamment à l’aide de mots de reconnaissance).
V
Vénérable : Maître maçon élu par ses pairs pour diriger l’atelier pendant une année, reconductible ou non. En Europe continentale, cette élection est généralement reconductible chaque année, avec le plus souvent un maximum de trois ans. Le retour obligatoire à des postes moins prestigieux est considéré comme constituant une excellente école d’humilité. Cette limite de trois ans pour un poste d’officier s’applique le plus souvent à tous les postes. Selon les obédiences, on trouve les dénominations de vénérable maître (loges masculines ou mixtes), de vénérable maîtresse (loges féminines) et de vénérable maître d’œuvre (certains rites).
Volume de la Loi sacrée : Dans les loges maçonniques du xviiie siècle, métaphore désignant la Bible. L’usage de la Bible pourrait avoir été introduit en franc-maçonnerie dans le Rite du Mot de maçon, d’origine calviniste, en Écosse, dans la première moitié du xviie siècle. À la même époque, dans le Rite des Anciens Devoirs, les nouveaux membres prêtaient serment non pas sur la Bible, mais sur les règlements du métier. À partir de la fin du xixe siècle, une partie de la franc-maçonnerie déchristianisa progressivement ses rituels. Dans ce type de franc-maçonnerie, le « Volume de la Loi sacrée » relève parfois du choix statutaire de la loge : livre blanc, Constitutions d’Anderson, Bible ouverte à l’Évangile de Jean, Bible en hébreu ouverte au Livre des Rois, livre blanc plus un autre, autres livres religieux (Coran, Upanishad, etc.), superposition de plusieurs de ces livres, être remplacé par une règle, ou être supprimé.
Voûte d’acier : Une voûte d’acier est un cérémonial par lequel la franc-maçonnerie accueille un dignitaire, un visiteur de marque, un président nouvellement installé, un conférencier ou un maçon que l’on souhaite installer.
Voûte étoilée : Le plafond du temple, la plupart du temps en voûte, de couleur bleue parsemé d’étoiles, symbolise le ciel.
Voyages : Cheminements rituels à travers le temple pour symboliser les épreuves initiatiques.
W
Workings : Terme anglo-saxon désignant les rites maçonniques.
Z
Zénith : Une des imites des dimensions du temple maçonnique, qui s’étend « du Zénith au Nadir », « de l’Orient à l’Occident » et « du Septentrion au Midi ». Par certains usages, il symbolise le midi au regard de l’heure d’ouverture symbolique des travaux.

Poster un Commentaire

Please Login to comment
  Subscribe  
Me notifier des

Contactez-nous

Une suggestion ? une question ? un problème ? envoyez nous un message, nous y répondrons !

En cours d’envoi

© [2018] esprit-libre.club - Le réseau social des gens libres et éveillés

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account